Bulletin n° 13 - décembre 2014

 


Les néologismes en français dans le domaine du végétarisme - note de recherche terminologique

Carole Ballereau, Thomas Garel, Audrey Risser (étudiants de l'ISIT)


Choix du domaine et du phénomène linguistique

Afin de réaliser cette note de recherche terminologique, nous avons souhaité nous pencher sur un thème qui nous permettrait d’aborder l’évolution, l’utilisation et les déclinaisons de termes connexes.
Un thème spécifique s’est vite imposé comme un choix logique : notre travail dans le cadre du projet de création de site web portait sur le domaine du végétarisme en France et aux États-Unis et nous avons rencontré un nombre important de néologismes qui nous ont amenés à nous interroger sur la façon dont ils sont sémantiquement délimités les uns par rapport aux autres. Depuis le terme clé « végétarien », le plus connu et le plus employé, l’idée était d’étudier les termes associés et/ou dérivés qui ont émergé pour désigner de nouvelles réalités socioculturelles.

Plusieurs autres termes ont émergé au fil des époques afin de désigner des variantes du régime ou du style de vie végétarien, tels que « flexitarien », « végétalien » ou encore « végan ». Nous avons souhaité étudier ces termes pour mieux comprendre leur origine, leur emploi et leurs liens sémantiques ou lexicaux.


Postulat et problématique

À partir du terme végétarien, à la définition très large et aux frontières sémantiques floues datant de la moitié du XIXe siècle, de nombreux néologismes sont apparus et sont aujourd'hui employés dans la langue française pour désigner de nouveaux concepts.

Pour mieux savoir comment se comportent ces nouveaux termes, nous nous sommes posé la question suivante : Quel est le découpage sémantique et usuel de ces nouveaux termes par rapport au terme d'origine qu'est « végétarien » ?


Choix de la méthodologie

Étude préliminaire

Le terme « végétarien » et ses dérivés directs

Le terme « végétarien » constitue aujourd’hui l’hypéronyme sous lequel est regroupée toute une variété de termes dérivés qui se sont formés à partir de la même racine étymologique. L’origine de ce terme est anglaise et remonte au XIXème siècle. Nous avons voulu nous pencher plus en détail sur l’historique de ce terme aujourd’hui validé et accepté dans nos dictionnaires. Nous nous sommes notamment appuyés sur l’étude réalisée par Tristan Grellet, correcteur pour les dictionnaires Larousse et Le Robert, qui s’est lui-même penché sur ce thème via son site « Les mots du végétarisme ».

Déjà attesté dans des textes datant des années 1840 (notamment dans le journal The Healthian, dans une publication de 1842), le terme vegetariana été par la suite popularisé par laVegetarian Society dès sa fondation en 1847. Le terme s’est peu à peu substitué à « pythagoricien » (pythagoreanen anglais) qui était le plus utilisé jusqu’alors et désignait les personnes adeptes du régime alimentaire qu’aurait suivi Pythagore en son temps. La première définition de la Vegetarian Society laissait le choix aux adeptes du régime végétarien quant à la consommation d’œufs et de produits laitiers. Ce libre choix se retrouve dans les premières définitions des dictionnaires britanniques.

Le terme « végétarien » apparaît bientôt en français dans le sillage de la toute première Exposition Universelle organisée à Londres en 1851. Le rayonnement culturel du Royaume-Uni pousse certains journaux français à s’intéresser à la Vegetarian Society, rapidement baptisée « Société Végétarienne » dans la presse, puis « Société des Légumistes ». C’est ce deuxième terme qui va rapidement s’imposer, traduisant un regard sarcastique et péjoratif sur ce qui est considéré comme une secte excentrique.

Le terme « végétarien » reprend peu à peu le dessus sur les termes « pythagoricien » et « légumiste » qui sont à la fois ambigus et/ou péjoratifs. « Végétarien » et son dérivé « végétarianisme » sont néanmoins des calques de l’anglais dont la formation issue du latin vegetus et du suffixe –arien reste peu naturelle, ce suffixe étant très peu usité dans notre langue comparé à l’anglais.

Les dictionnaires français accueillent « végétarien », son dérivé francisé « végétarisme », et enfin « végétalisme » à partir des années 1890. « Végétarianisme » disparaît rapidement et se voit remplacé principalement par les trois autres termes inclus dans les dictionnaires. Les définitions de chacun de ces termes ne font pas encore nettement la distinction entre les différents concepts qu’ils recouvrent. C’est par exemple le cas dans le Petit Larousse illustré de 1913 :

    • « VEGETARISME (ris-me) ou VEGETALISME (lis-me) n. m. (de végétal). Système d’alimentation dans lequel on supprime toutes les espèces de viande ou même tous les produits d’origine animale, dans un but soit prophylactique, soit curatif. » (Petit Larousse illustré, 1913)


L’exception concerne les deux définitions bien délimitées fournies par le Grand Dictionnaire universel, à la même période :

    • « VEGETARISME. Doctrine diététique, consistant dans l’abstention de tout aliment qui ne peut s’obtenir que par la destruction d’une vie animale. » 
    • « VEGETALISME. Régime des personnes qui se nourrissent exclusivement de végétaux. »


Aujourd’hui, ces termes sont acceptés, intégrés aux dictionnaires français et bien délimités. Leurs définitions reflètent fidèlement leurs différences sémantiques, comme nous pouvons le constater dans plusieurs dictionnaires de référence :

    • Végétarisme, nom masculin. Régime alimentaire excluant toute chair animale (viande, poisson), mais qui admet en général la consommation d'aliments d'origine animale comme les œufs, le lait et les produits laitiers (fromage, yaourts).(Larousse en ligne)
    • Végétalisme, nom masculin. Régime alimentaire excluant tout aliment d'origine animale.(Larousse en ligne)
    • VÉGÉTARIEN, -IENNE, adj. et subst.Subst. et adj. (Personne) qui est adepte du végétarisme, qui se nourrit de végétaux et de produits d'origine animale à l'exclusion de la chair.(Trésor de la langue française informatisé)
    • VÉGÉTALISME, subst. masc. Principe diététique recommandant l'usage alimentaire des végétaux, à l'exclusion de la viande, du poisson et de tout produit d'origine animale. REM. Végétalien, -ienne, subst. et adj. a) Subst. et adj. (Personne) qui est adepte du végétalisme.(Trésor de la langue française informatisé)


Végan et véganisme

Issu de la contraction du terme vegetarian, veganest créé en 1944 par Donald Watson, fondateur de la Vegan Society. Celui-ci souhaitait créer un vocable qui exprimerait de façon plus stricte le régime et le style de vie suivis par les personnes qui ne consomment aucun produit d’origine animale. Non-dairy vegetarian était pour lui un terme encore trop ambigu et incomplet, car il n’incluait pas les œufs dans sa définition.

L’Oxford English Dictionary définit unvegancomme « une personne qui par principe s’abstient de toute nourriture d’origine animale, un végétarien strict », ce qui correspond au sens originel que voulait lui donner Donald Watson.

Dans notre pays, vegan est employé sous sa forme anglaise depuis la fin des années 1990 pour désigner les personnes qui refusent la consommation des produits animaux. Francisé, il fait son apparition dans un dictionnaire usuel en 2013. Il est présenté comme un dérivé de « véganisme », qui est défini de la façon suivante :

    • véganisme nm Mode de vie qui exclut toute utilisation de produits animaux (laitages, viande, cuir, etc.). der végan, ane a, n (Dictionnaire Hachette 2013)


Expansion et termes composés

Comme nous venons de le voir avec les brefs historiques des termes liés au végétarisme et, plus tard, au véganisme, le terme « végétarien » a donné naissance, par expansion, à plusieurs termes dérivés qui témoignent d’une évolution du domaine linguistique et culturel au fil du temps.

Ces nouveaux termes désignent des réalités qui dérivent du concept originel de végétarisme en apportant des nuances à son sens de départ. Ces nouveaux termes et leur définition recouvrent des évolutions culturelles qui sont elles-mêmes dérivées du végétarisme.

« Végétalisme », « végétalien », « véganisme » et « végan » en sont des exemples, mais il existe également d’autres termes qui affinent et nuancent le terme « végétarien ». Il s’agit cette fois de dérivés composés qui sont apparus dès le XXème siècle et qui démontrent eux aussi une évolution du concept du végétarisme.

Parmi ces termes composés, nous avons choisi de retenir les suivants dans notre analyse : « ovo-végétarien », « ovo-lacto-végétarien », « lacto-végétarien », « lacto-ovo-végétarien » et enfin « pesco-végétarien ». Il est intéressant de noter que les deux termes « lacto-ovo-végétarien » et « ovo-lacto-végétarien » recouvrent une même réalité et partagent la même définition : ils désignent une personne qui suit un régime végétarien tout en acceptant de consommer des œufs et des produits laitiers. Ces deux termes synonymes permettent de lever l’ambiguïté qui peut subsister avec le simple terme « végétarien ». Bien que la plupart des définitions précisent qu’un végétarien peut consommer des œufs et des produits laitiers, les termes composés dérivés que nous avons retenus permettent d’apporter une nuance immédiate. Le locuteur sait ainsi d’emblée de quel type de végétarisme on parle.

Enfin, bien qu'il ne soit pas dérivé du mot « végétal » comme les autres termes étudiés ici, nous avons de même choisi d'étudier le terme « flexitarien », autre néologisme désignant une pratique liée au végétarisme, que nous avons rencontré plusieurs fois au cours de nos recherches pour le projet de création de sites web.

Partant de cette étude historique préliminaire, nous nous sommes interrogés sur la fréquence de l’emploi des termes retenus dans notre étude ainsi que sur leur place dans le réseau terminologique français actuel. Nous avons également pu décider de la méthode à adopter et des termes à étudier dans notre note terminologique. Nous nous sommes donc employés à rassembler un corpus de textes traitant du domaine.

Constitution du corpus

Suite à l’étude de l’article sur la variation de la terminologie dans le temps (Condamines, Rebeyrolle et Soubeille, 2004), nous avons décidé de travailler sur la base de deux corpus diachroniques afin de pouvoir comparer efficacement les occurrences des termes qui nous intéressaient sur deux périodes de temps données et ainsi analyser l’évolution de leur emploi et de leur sens.

Nous avons sélectionné les textes en tapant divers mots-clés liés au domaine du végétarisme et avons exploité les sources et liens de certaines pages pour trouver du contenu de la façon la plus spontanée possible. Pour respecter l’exigence d’homogénéité dans la constitution des deux corpus, nous n’avons sélectionné que des textes de type articles de presse, de vulgarisation ou encore des billets de blogs, pour que tous nos documents retenus aient un style « journalistique ».

Une première lecture très rapide en quelques coups d’œil nous a permis d’évaluer la pertinence et la qualité des textes sélectionnés sans pour autant que notre choix soit biaisé et souffre d’un parti pris.

Dans un second temps, une fois nos textes sélectionnés, nous avons lu en détail chacun des fichiers pour écrémer les éventuels contenus non-pertinents, peu fiables, mal rédigés et donc de mauvaise qualité, ou qui risquaient de fausser notre analyse. Plusieurs textes ont ainsi été éliminés de nos corpus car ils contenaient trop d’erreurs ou de fautes grammaticales, ou incluaient trop de contenu en anglais qui risquait de fausser l’analyse statistique de l’emploi des termes via AntConc.

Nos deux corpus finaux se composent donc de 40 textes chacun ; le premier contient des textes datant de ou antérieurs à 2008 et le second contient des textes datant de la période 2012-2014. Nous avons choisi d'utiliser des textes datant de ou antérieurs à 2008 pour notre premier corpus car c'est à partir de cette date que les réseaux sociaux tels que Facebook se sont développés en France, favorisant ainsi l'échange d'informations sur le végétarisme et ses dérivés. Nous pensons que le web 2.0 à ainsi agi comme un catalyseur sur la connaissance du végétarisme par le grand public ainsi que sur l'emploi de termes qui lui sont liés. Nous avons ensuite laissé un hiatus de quatre ans entre nos deux corpus pour obtenir davantage d’éléments de comparaisons dans les résultats finaux de notre analyse.


Résultats de l’étude

Résultats statistiques

Dans un premier temps, nous avons appuyé notre travail sur une analyse statistique de nos deux corpus de textes incluant les néologismes étudiés (approche statistique). Notre approche était donc essentiellement « corpus-based » : le but était non-seulement de valider le postulat selon lequel le terme « végétarien » est le plus commun et le plus ancré dans le langage courant, mais également, à partir de cette validation, d’étudier plus en détail les spécificités sémantiques, linguistiques et d’utilisation des termes connexes et/ou des néologismes du domaine.

Grâce au logiciel AntConc, nous avons pu dégager le nombre exact d’occurrences pour chacun des termes que nous avons retenus. Les résultats de cette analyse figurent dans les tableaux et graphiques ci-dessous :

vegetarisme 1

vegetarisme 2 

vegetarisme 3

vegetarisme 4

vegetarisme 5

vegetarisme 6

A partir de ces données, nous pouvons dégager plusieurs tendances très claires. En premier lieu, notre postulat de départ est effectivement validé par les résultats statistiques de notre étude : le terme « végétarien » occupe une place dominante dans le vocabulaire lié au domaine du végétarisme, avec une majorité d’occurrences tous textes confondus (617 puis 345 occurrences au total d’un corpus à l’autre).

Ceci confirme que le terme « végétarien » est le plus usité et le plus ancré dans le langage courant.

Au-delà de cette première validation, nous constatons que le terme « végétarien » est suivi par « végétalien » (99 puis 89 occurrences) et « vegan » (80 occurrences dans le corpus le plus récent). Ces trois termes sont les principaux vocables employés aujourd’hui dans les textes du domaine. Les deux corpus comparés nous permettent de relever un fait particulièrement intéressant : l’expansion des termes est restée globalement la même, à l’exception du terme « ovo-lacto-végétarien » qui n’était pas présent dans les textes de 2008 et antérieurs. Toutefois, la distribution de ces termes a fortement évoluée au fil des années qui séparent les textes des deux corpus.

« Végétarien » et « végétalien » occupaient une position dominante incontestable dans le langage dans le corpus de 2008 et antérieur (617 et 99 occurrences respectivement, contre un nombre d’occurrences extrêmement faible pour les autres termes retenus). À présent, ces termes se voient peu à peu rattrapés par les autres vocables du corpus : bien qu’ils occupent toujours une position dominante (accompagnés désormais par le terme « vegan » avec 80 occurrences) l’utilisation des autres termes, simples ou composés, a très fortement augmentée. Le terme « végétarien » à lui seul est passé de 85% d’occurrence dans les textes de 2008 et antérieurs à 57% dans les textes de 2012 et postérieurs.

Nous allons maintenant nous pencher sur les phénomènes linguistiques qui accompagnent et expliquent ces évolutions statistiques.

Constats linguistiques

Les données dégagées précédemment semblent indiquer que la langue française penche davantage pour l’emploi de termes simples, qu’elle privilégie face aux termes composés.

vegetarisme 7

 

Tous présentent une origine étymologique similaire, voire des racines identiques. À l’exception de « flexitarien », qui constitue le néologisme le plus récent, les termes simples que nous avons retenus dans notre étude présentent la même racine étymologique provenant du mot « végétal ». Ils peuvent donc faire davantage résonance auprès des locuteurs français, qui sont habitués à l’usage du terme « végétarien » depuis très longtemps. Celui-ci constitue l’hypéronyme sous lequel plusieurs termes sont déclinés, que ce soit par simple variation étymologique ou par néologisme.

Nous pouvons de plus noter que les néologismes composés sont plus souvent trouvés dans des articles traitant de nutrition et de diététique. Cela peut partiellement s’expliquer par leur morphologie. En effet, les préfixes « ovo- », du latin ovum, « lacto- », du latin lactis et « pesco- » directement inspiré de l’anglais et dérivé du latin piscis, donnent une couleur spécialisée et scientifique aux termes. On retrouve notamment « ovo- » et « lacto- » dans les termes « lactogène » et « ovovivipare » qui relèvent du domaine biologique et sont rarement employés dans le langage courant. A contrario, le préfixe du néologisme « flexitarien », plus ancré dans le langage courant, vient du terme français « flexible », ce qui permet de saisir plus directement son sens que des préfixes issus ou inspirés du latin et ne lui confère pas une connotation scientifique.

Nous avons relevé dans le tableau ci-dessous les termes retenus afin d'en avoir un aperçu terminologique global et comparé. Tous ces termes sont à la fois des substantifs et des adjectifs masculins comportant des variantes orthographique au féminin (sauf pour « vegan » dont l'orthographe reste la même).

Terme

Définition

Contexte

Source du contexte

Remarques

Termes simples

Végétarien

Adepte du végétarisme, qui se nourrit de végétaux et de produits d'origine animale à l'exclusion de la chair.

« Le problème de Mac Donald's reste qu'il véhicule une image rejetée par une partie (importante ?) des végétariens. L'idée de malbouffe et de maltraitance animale lui sont fortement associées. Toutefois, d'autres végétariens souhaitent pouvoir aller partout avec leurs amis omnivores. »

http://veganmarketing.over-blog.com/le-difficile-positionnement-v%C3%A9g%C3%A9tarien-dans-la-restauration

Terme vedette, hyperonyme de l’ensemble des autres termes étudiés, employé tant dans le langage courant que dans le langage spécialisé.

Végétalien

Végétarien qui se nourrit exclusivement d’aliments d’origine végétale.

« En 2010, entre ses compétitions et ses entraînements, il a couru quelques 4 700 kilomètres (100 par semaine, quoi). A côté de ça, son régime alimentaire est très strict. Il estvégétalienet ne mange donc aucun produit issu d’un animal. Pas d’œufs, pas de lait, pas de bonbons avec de la gélatine dedans. »

http://rue89.nouvelobs.com/rue89-sport/2012/01/12/sportifs-intensifs-ils-sont-vegetariens-voire-vegetaliens-228274

Terme vedette, peut être l’hyperonyme de vegan/végane, employé tant dans le langage courant que dans le langage spécialisé.

Vegan

Végétarien qui refuse toute utilisation de produits animaux ou pratique impliquant l’exploitation animale.

« Et enfin le vegan va un peu plus loin en essayant par tous les moyens de ne pas exploiter les animaux que ce soit pour manger, se vêtir, se divertir ou prendre soin de soi (en évitant les produits testés sur les animaux). »

http://planetaddict.com/2014/02/comment-passer-a-une-alimentation-plus-vegetale-7-questions-posees-a-lili-de-lilis-kitchen/

Terme vedette, parfois compris comme synonyme de végétalien de par le fait qu’il soit emprunté à l’anglais, qui n’emploie que le motveganpour exprimer les concepts français de « végétalien » et « vegan ».

Végane

Végétarien qui refuse toute utilisation de produits animaux ou pratique impliquant l’exploitation animale.

« Qui dit régime entend souvent amaigrissant. Pourtant, choisir de manger végétarien, végane, macrobiotique ou Kousmine ne vise pas la perte de poids mais un meilleur état de santé. »

http://www.femina.ch/mes-bons-plans/alimentation/9-regimes-alimentaires-sous-la-loupe

Variante orthographique francisée de « vegan ». Cette variante indique que le terme n’est pas encore assez ancré dans la langue pour avoir une orthographe fixe et officielle.

Flexitarien

Végétarien qui consomme parfois de la chair animale.

« Dans flexitarien, on entend « flexi », c’est-à-dire flexibilité. Ce mode alimentaire est donc tout sauf une approche rigide. Il s’agit juste de prendre conscience, poursuit le nutritionniste, qu’on a donné trop de place à la viande et que ces excès ont des conséquences autant sur la planète que sur notre santé. »

http://www.femmeactuelle.fr/sante/alimentation-equilibree/regime-flexitarien-02244/(page)/1

Il est possible de s’interroger sur le fait que « flexitarien » soit réellement l’hyponyme de « végétarien ». En effet, le flexitarien consommant occasionnellement de la chair animale, il n’entre pas strictement dans la définition de « végétarien ».

Termes composés

Pesco-végétarien

Végétarien qui consomme du poisson.

« Si l’on décide de ne pas manger de viande par goût ou par habitude, ça peut se comprendre. Dans ce cas, il serait plus juste de dire que l’on est pesco-végétarien mais c’est chiant à dire  »

http://www.eleusis-megara.fr/2013/03/vegetarisme-et-poissons-pourquoi-ca-compte-aussi/

De même que pour « flexitarien », « pesco-végétarien » n’est pas un hyponymestricto sensude « végétarien », le végétarien ne consommant pas, par définition, de poisson ou de fruits de mer. Le terme est davantage employé dans des contextes spécialisés, tels que des textes traitant de diététique ou de sociologie, ou encore ciblant un public de végétariens confirmés.

Lacto-végétarien

Végétarien qui consomme du lait et des produits laitiers mais ne consomme pas d’œufs.

« Un lacto-végétarien évite la viande, le poisson et la volaille mais peut consommer lait, fromage et laitages et ne consomme pas les œufs et ses dérivés. »

http://www.01vegetarien.com/mythes-et-realites-vegetarisme/

Le terme est davantage employé dans des contextes spécialisés, tels que des textes traitant de diététique ou de sociologie, ou encore ciblant un public de végétariens confirmés.

Ovo-lacto-végétarien

Végétarien qui consomme des œufs, du lait et des produits laitiers.

« A côté des aliments végétaux, les ovo-lacto-végétariens ne mangent que des œufs (ovo), du lait et des produits laitiers (lacto). La plupart des végétariens font partie de ce groupe. »

http://www.atupri.ch/fr/caisse-maladie/fractif/alimentation-sante/rapports-sur-la-psychologie-des-aliments/2013/vegetarien-pudding-ovo-lacto-vegetarien-ou-pur-vegetarien.html

Synonyme de « végétarien » employé dans un contexte plus spécialisé (diététique, articles traitent spécifiquement du végétarisme ou destiné à un lectorat végétarien confirmé) mais préféré à « lacto-ovo-végétarien » car il évite le hiatus.

Lacto-ovo-végétarien

Végétarien qui consomme des œufs, du lait et des produits laitiers.

« Troisième résultat très intéressant, les lacto-ovo-végétariens (les végétariens de base, les hommes, j’insiste) ne bénéficient pas de protection toutes causes de mort, ni pour les maladies ischémique, ni pour les cancers et ni pour les autres catégories. Mais ils bénéficient tout de même d’un risque réduit de 23% pour toutes les maladies cardio-vasculaires. »

http://www.dur-a-avaler.com/regime-vegetarienne-vegetaliens-pesco-ovo-lacto-carnivores-omnivores/

Synonyme de « végétarien » employé dans un contexte plus spécialisé (diététique, articles traitent spécifiquement du végétarisme ou destiné à un lectorat végétarien confirmé).

Ovo-végétarien

Végétarien qui consomme des œufs, mais ne consomme pas de lait et de produits laitiers.

« Un ovo-végétarien est un végétarien qui consomme des œufs mais pas de produits laitiers et un lacto-végétarien, à l’inverse, est un végétarien qui consomme les produits laitiers mais pas les œufs. »

http://planetaddict.com/2014/02/comment-passer-a-une-alimentation-plus-vegetale-7-questions-posees-a-lili-de-lilis-kitchen/

Le terme est davantage employé dans des contextes spécialisés, tels que des textes traitant de diététique ou de sociologie, ou encore ciblant un public de végétariens confirmés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Analyse des résultats et interprétation culturelle

Plusieurs raisons peuvent expliquer la préférence apparente du français pour les termes simples. Tout d’abord, les termes simples peuvent être perçus par les locuteurs comme étant plus faciles d’utilisation et plus parlants. Ces termes peuvent également sembler plus directs et plus évocateurs pour les locuteurs, étant donné qu’ils présentent tous une similitude directe avec le terme le plus courant, « végétarien ».

Notre analyse comparative nous permet aussi de remarquer une nette évolution du terme « ovo-lacto-végétarien » par rapport à sa variante syntaxique « lacto-ovo-végétarien ». En effet, entre les deux corpus étudiés, la fréquence du premier au sein des termes composés est passée de 0% à 21% tandis que le second connaît une chute drastique de popularité en passant de 82% à 7% des termes composés entre 2008 et 2014. Cette inversion de la tendance chez les variantes syntaxiques peut s'expliquer par le problème d'euphonie que pose le terme « lacto-ovo-végétarien » : « ovo-lacto-végétarien » étant plus agréable à l'oreille et plus fluide au niveau de la prononciation, il semble s'être installé comme terme vedette dans son niveau de hiérarchie terminologique – dans l'absolu, ce serait plutôt son synonyme, « végétarien » qui est terme vedette.

Même si une tendance apparaît effectivement, la place des termes « lacto-ovo-végétarien » et « ovo-lacto-végétarien » n'est pas encore tout à fait fixée dans le langage, d'où leur coexistence et leur emploi arbitraire de la part des auteurs et/ou des locuteurs.

Il en va de même pour les variantes orthographiques de « vegan », parfois écrit « végan » voire « végane ». En effet, « vegan » est un emprunt direct de l'anglais non-francisé qui est rentré rapidement dans la langue française sans subir le même traitement que vegetarian au XIXème siècle. Des tentatives pour le franciser à l'aide d'accents et de « e » existent cependant. Si l'orthographe anglaise prédomine aujourd'hui, il n'est donc pas impossible que nous assistions dans quelques années à la même inversion de tendance que pour « ovo-lacto-végétarien ».

Le fait que « vegan » soit directement tiré de l'anglais est problématique, car il est employé dans cette langue pour désigner tant ce qui relève du végétalisme que ce qui relève du véganisme. Or en français, le premier est strictement alimentaire et le second touche à tous les modes de consommation. Il existe donc une confusion chez de nombreux locuteurs qui emploient le terme « vegan » dans des contextes où il est uniquement question d'alimentation. Cela peut s'expliquer grâce à l'accès direct à des textes en anglais qu'ont les locuteurs avec internet : voyant le terme « vegan » employé dans des recettes de cuisine ou pour désigner un régime alimentaire, ils agissent par mimétisme et réemploient le terme tel quel dans les mêmes contextes.


Conclusion

Ces données reflètent une évolution culturelle rapide du domaine du végétarisme, qui est aujourd’hui beaucoup plus visible et accepté qu’il ne l’était encore en 2008. Bien qu’il demeure pour le moment à l’état de sous-culture encore largement minoritaire, sa présence et sa visibilité dans la presse et dans notre société sont allées croissantes. Ceci explique que des termes peu usités et peu connus il y a encore quelques années soient désormais davantage employés et ressortent plus souvent dans les textes du domaine.

Nous observons notamment que les termes composés occupent une place plus importante dans notre corpus de textes ultérieurs à 2012. Cela semble indiquer que l’adoption du terme « végétarien » de la part du grand public a permis l’acceptation des néologismes composés qui précisent les nuances conceptuelles de ce terme. Leur emploi a donc augmenté dans les textes issus du domaine du végétarisme.

Ces termes composés existent depuis la fin du XXème siècle, mais notre corpus révèle que leur emploi, quoique toujours relativement marginal et cantonné à des contextes spécialisés, s’est réellement développé lors des cinq dernières années. Le développement de ces termes témoigne d’une présence et d’une visibilité accrue du végétarisme dans la culture francophone car ils manifestent le besoin d’en préciser les nuances. Le fait qu’ils apparaissent principalement dans des articles traitant de diététique et de nutrition est ainsi logique, car c’est dans ces domaines que les différences entre lacto-végétariens, pesco-végétariens et ovo-lacto-végétariens, par exemple, impliquent le plus de conséquences.

Les néologismes constitués de termes simples, tels que « vegan » et « flexitarien » ont en revanche trouvé bien plus aisément leur place dans la langue française auprès du grand public. Outre le fait qu'ils soient morphologiquement moins complexes et ne portent pas en eux de couleur scientifique, ils correspondent à des concepts moins nuancés que les termes composés. En effet, la différence entre un ovo-lacto-végétarien et un lacto-végétarien ne porte que sur un aliment, tandis que la différence entre vegan et végétalien porte sur les choix de consommation en matière d’habillement, de produits cosmétiques ou plus généralement en ce qui concerne les pratiques culturelles. En outre, l'essor des termes « vegan » et « flexitarien » correspondent à la fois à l'essor du militantisme pour la cause animale en France et à une prise de conscience écologique et diététique de la part du grand public, qui le pousse à réduire grandement sa consommation de produits carnés sans devenir végétarien pour autant.



Bibliographie et sources des corpus


Bibliographie

BARAKÉ, Rima (2008), « La pluridimensionnalité du concept. Approche terminologique du domaine de la spatiologie », Meta : journal des traducteurs / Meta: Translators' Journal, Volume 53, numéro 4, p. 907-915

CONDAMINES Anne, REBEYROLLE Josette, SOUBEILL Anny (2004), « Variation de la terminologie dans le temps : une méthode linguistique pour mesurer l’évolution de la connaissance en corpus. », Actes Euralex International congress, Université de Lorient, Lorient, France, 6-10 juillet 2004, pp.547-557.

Webographie

http://www.lesmotsduvegetarisme.fr

http://www.societevegane.fr/documentation/terminologie/

Corpus 2008 et antérieur

2005 - http://www.petafrance.com/vegkit/default.asp

2006 - http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Regimes/Fiche.aspx?doc=vegetarisme_regime

2007 - http://www.mangez-vegetarien.com/sante.html

2007 - http://www.mangez-vegetarien.com/environnement.html

2005 - http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/mag_2004/mag0305/vegetarien_vegetarisme_niv2.htm

2008 - http://insolente0veggie.over-blog.com/article-23394004.html

2008 - http://insolente0veggie.over-blog.com/article-23774814.html

2005 - http://www.vegetarisme.fr/vegetarien.php?content=vegetarien_fichequemangentlesvegetariens

2001 - http://www.e-rose-croix.org/rose-croix_vegetarien_vegetarisme.htm

2001 - http://www.contactdirectavecdieu.org/fr_sbook/vegetarisme.htm

2008 - http://www.colibris-lemouvement.org/changer/se-nourrir/manger-plus-vegetarien

2008 - http://www.psychologies.com/Nutrition/Equilibre/Bio-et-autres/Articles-et-Dossiers/Etre-ou-ne-pas-etre-vegetarien/Les-regles-d-or-du-regime-vegetarien

2005 - http://veganrevolution.free.fr/articles1/hitler.html

2002 - http://www.bio-forme.fr/bioinf9.htm

2001 - http://revegezvous.unblog.fr/pourquoi-vegetarien/

2004 - http://mv.da.free.fr/

2008 - http://www.santepratique.fr/regime-vegetarien-vegetalien.php

2007 - http://egalite.animale.free.fr/ethique-pratique.html

2002 - http://www.dietobio.com/dossiers/fr/vegetarisme/

2006 - http://www.lait-vache.info/fromage-pas-vegetarien/

2008 - http://www.pharmodel.com/coach/regime-vegetarien-et-vegetalien.htm?fiche=1760

2007 - http://villagedespruniers.net/index.php?option=com_content&view=article&id=133&Itemid=113

2005 - http://www.institutdanone.org/objectif-nutrition/le-vegetarisme-chez-ladolescent-risque-ou-symptome/dossier-le-vegetarisme-chez-ladolescent-risque-ou-symptome/

2008 - http://www.terrafemina.com/societe/environnement/videos/34-faut-il-etre-vegetarien-.html

2008 - http://www.amitabha-terre-pure.net/regime_vegetarien/en_pratique_amitabha.html

2007 - http://www.filsantejeunes.com/du-vegetarisme-a-l-othorexie-5424

2001 - http://biogassendi.perso.sfr.fr/protveget.htm

2002 - http://veggie.free.fr/principes/principes.htm

2007 - http://www.franceculture.fr/oeuvre-faut-il-%C3%AAtre-v%C3%A9g%C3%A9tarien-pour-la-sant%C3%A9-et-la-plan%C3%A8te-de-nicolas-le-berre-et-claude-aubert.html

2008 - http://www.gralon.net/articles/gastronomie-et-alimentation/regime-et-dietetique/article-manger-vegetarien---comment-eviter-les-carences--1868.htm

2006 - http://www.centrebouddhisteparis.org/Bouddhisme/Altruisme_individualisme/vegetarisme_bouddhisme.html

2008 - http://www.magicmaman.com/,ado-vegetarien-un-choix-a-risque,78,1104579.asp

2008 - http://blog.marie-pierre-c.com/index.php?2008/07/12/80-regime-vegetarien

2007 - http://www.naturavox.fr/sante/Vegetarisme-et-vegetalisme-risques-et-benefices

2005 - http://www.alimentation-et-sante.com/vegetarisme2.php

2008 - http://www.notretemps.com/sante/dietetique/manger-vegetarien-eviter-les-carences,i2670

2005 - http://hooly.over-blog.com/article-875307.html

2007 - http://vegetarisme.blogspot.fr/

2001 - http://www.psychonet.fr/2001/04/05/1163-peut-on-etre-vegetarien-et-en-bonne-sante

2005 - http://www.cerin.org/question-aux-dieteticiens/un-enfant-vegetarien-peut-il-grandir-normalement.html

2008 - http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1017

Corpus 2012 – 2014

2013 - http://www.slate.fr/life/76116/hitler-vegetarien

2013 - http://www.atupri.ch/fr/caisse-maladie/fractif/alimentation-sante/rapports-sur-la-psychologie-des-aliments/2013/vegetarien-pudding-ovo-lacto-vegetarien-ou-pur-vegetarien.html

2013 - http://www.goodgout.fr/blog/alimentation-bio-pour-bebe-article-je-suis-vegetarienne-comment-faire-avec-bebe-sante-et-alimentation-173.html

2013 - http://www.adventist.be/french/vegetarien.php

2012 - http://santetoujours.fr/articles/alimentation/les-secrets-du-menu-vegetarien-equilibre

2014 - http://planetaddict.com/2014/02/comment-passer-a-une-alimentation-plus-vegetale-7-questions-posees-a-lili-de-lilis-kitchen/

2013 - http://www.01vegetarien.com/mythes-et-realites-vegetarisme/

2013 - http://www.femina.ch/mes-bons-plans/alimentation/9-regimes-alimentaires-sous-la-loupe

2013 - http://www.cooperation-online.ch/Ces+nouveaux+vegetariens

2013 - http://www.vegactu.com/actualite/julien-dore-est-devenu-vegetarien-11240/

2012 - http://santetoujours.fr/articles/alimentation/le-regime-pesco

2013 - http://www.dur-a-avaler.com/regime-vegetarienne-vegetaliens-pesco-ovo-lacto-carnivores-omnivores/

2013 - http://beauty-cruelty-free.overblog.com/pourquoi-ne-mot-pesco-végétarisme-ne-veut-rien-dire

2013 - http://www.soscuisine.com/fr/pesco-veg?sos_l=fr

2013 - http://www.psychologies.com/Nutrition/Equilibre/Bio-et-autres/Articles-et-Dossiers/Ma-dure-vie-de-vegetarienne

2013 - http://www.quintonic.fr/bien-etre/magazine/tonus/quel-vegetarien-etes-vous

2013 - http://www.egalitariste.net/2013/09/03/comment-devenir-vegetarien/

2013 - http://www.eleusis-megara.fr/2013/03/vegetarisme-et-poissons-pourquoi-ca-compte-aussi/

2013 - http://m.slate.fr/story/79973/vegan-vegetarien-cause-animale

2014 - http://www.slate.fr/life/84187/vegetariens-sante

2014 - http://www.marieclaire.fr/,le-regime-flexitarien,708246.asp

2013 - http://www.femmeactuelle.fr/minceur/regimes-guide/maigrir-regime-flexitarien-02245#sondage

2013 - http://www.maxisciences.com/v%E9g%E9tarisme/alimentation-c-039-est-quoi-etre-flexitarien_art29811.html

2013 - http://www.huffingtonpost.fr/matt-frazier/dix-choses-a-savoir-vegan_b_4000949.html

2012 - http://rue89.nouvelobs.com/2012/03/11/bonne-nouvelle-pour-les-vaches-les-vegans-progressent-en-france-229593

2012 - http://rue89.nouvelobs.com/rue89-sport/2012/01/12/sportifs-intensifs-ils-sont-vegetariens-voire-vegetaliens-228274

2013 - http://www.lemonde.fr/style/article/2013/02/01/lettre-a-un-vegetarien_1825353_1575563.html

2013 - http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/06/14/iran-un-restaurateur-vegan-dans-la-sainte-capitale-de-la-viande_3429862_3218.html

2013 - http://www.femmeactuelle.fr/sante/alimentation-equilibree/regime-flexitarien-02244

2014 - http://madame.lefigaro.fr/art-de-vivre/vegetariens-oui-mais-pas-dimanche-020314-807144

2013 - http://veganmarketing.over-blog.com/le-difficile-positionnement-v%C3%A9g%C3%A9tarien-dans-la-restauration

2014 - http://www.vegactu.com/actualite/bigwood-professionnel-du-bras-de-fer-et-vegan-13446/

2013 - http://obsession.nouvelobs.com/food/20130927.OBS8866/vegan-sans-gluten-sans-lactose-mission-diner-impossible.html

ISIT - CRATIL

39 bis rue d'Assas
75006 Paris
+33 (0)1 42 22 33 16 
Design: Page18 Interactive
Le Bulletin du CRATIL - ISSN 2263-7591 2015-Tous droits réservés ©